Pro Tips

Théorie des couleurs - avancée

Quand il s'agit de maquillage, il est facile d'oublier l'importance de la science qui se cache derrière, lorsqu'on est distrait par les derniers pigments brillants ou les applications à la mode. Ne vous méprenez pas, il y a évidemment de la place pour cela aussi ! Cependant, rien n'est plus important que de comprendre la couleur.
La connaissance de la théorie des couleurs est primordiale pour tout make-up artist passionné. La théorie des couleurs peut aller dans de nombreuses directions et devenir incroyablement compliquée. Dans ce blog, nous voulons tout décomposer et vous apporter les connaissances des parties importantes.

Les systèmes de couleurs

Tout d'abord, il est important de mentionner qu'il existe différents systèmes de couleurs selon le type de support dans lequel la couleur est utilisée. Dans le cas présent, nous parlons du système RJB (rouge, jaune et bleu), généralement utilisé par les artistes qui travaillent avec des produits cosmétiques ou de la peintures. Vous avez peut-être aussi entendu parler du CMJ — Cyan, Magenta et Jaune — ou CMJN (en Anglais CMYK), avec l'ajout du noir ; il est utilisé dans les graphiques et l'impression, ou du RVB – Rouge, Vert, Bleu — qui est le système utilisé dans l'électronique comme la télévision, la photographie et les ordinateurs.

La principale différence entre les deux est que, lorsque l'on considère le RJB, on s'intéresse à la présence physique d'une couleur dans un objet ou un être vivant, quelque chose que l'on peut toucher comme le visage ou une pomme par exemple. C'est ce qu'on appelle la soustraction. Les autres sont des couleurs créées par quelque chose qu’on ne peut pas toucher, comme la lumière, les arcs-en-ciel, les réflexions et les images numériques en couleur sur les écrans. Elles sont dites additives. C'est pourquoi nous avons une impression différente des couleurs créées par la lumière et des couleurs physiques, et également pourquoi le maquillage et les autres couleurs physiques peuvent paraître différents à travers les appareils photo ou sur les écrans, par rapport à la manière dont vous les percevez avec vos yeux.



Le cercle chromatique

Commençons donc par le modèle fondamental sur lequel repose le mélange soustractif des couleurs. Le cercle chromatique, développé jusqu’à ce stade par Isaac Newton en 1666.



Le cercle chromatique affiche une séquence logique de 12 couleurs ou teintes en relation les unes avec les autres, ce qui permet d'illustrer la théorie des couleurs de la manière la plus simple possible. Le cercle est un outil qui nous aide à comprendre comment les couleurs sont reliées les unes aux autres et comment l'œil humain les perçoit, ce qui est fondamental lorsque l'on aborde le maquillage.
Le cercle chromatique est conçu pour mettre en évidence les relations entre les couleurs primaires, ainsi que les couleurs et les teintes se trouvant entre elles.

Terminologie des couleurs

Commençons par décomposer ces informations.
La couleur est classée selon trois caractéristiques : la TEINTE, la VALEUR et l'INTENSITÉ.
La TEINTE est la couleur pure qui se trouve dans le cercle chromatique, comprenant les couleurs primaires, secondaires et tertiaires.
La VALEUR est l'obscurité ou la luminosité relative d'une couleur. (Aussi connue sous le nom d'échelle de gris, mais nous y reviendrons dans un instant)
L'INTENSITÉ est la pureté d'une couleur par rapport à son aspect éclatant ou terne.
En gardant cela en tête, nous allons approfondir la classification des couleurs et des teintes.

Combinaison des couleurs




Les couleurs 1. PRIMAIRES sont celles qui ne peuvent être obtenues en mélangeant d'autres couleurs entre elles, il s'agit du rouge, du jaune et du bleu.

Les couleurs 2. SECONDAIRES sont des teintes créées en mélangeant les saturations complètes de chaque couleur primaire. Ce sont l'orange (mélange de rouge et de jaune), le violet (mélange de bleu et de rouge) et le vert (mélange de jaune et de bleu).

Les couleurs 3. TERTIAIRES sont des teintes créées en mélangeant une couleur primaire et une couleur secondaire. Il s’agit du Rouge-Orange, Jaune-Orange, Jaune-Vert, Bleu-Vert, Bleu-Violet et Rouge-Violet.

Les couleurs primaires, secondaires et tertiaires constituent les 12 couleurs du cercle chromatique.



Les couleurs 4. COMPLÉMENTAIRES sont celles qui, lorsqu'elles sont mélangées, se neutralisent, formant un ton sur l'échelle des gris. Elles sont aussi parfois appelées "couleurs opposées" ou "couleurs de correction" et se trouvent toujours directement en face l'une de l'autre dans le cercle.

Les couleurs 5. ANALOGUES sont un groupe de trois couleurs qui se trouvent l'une à côté de l'autre dans le cercle chromatique, composée d'une couleur ou teinte primaire, secondaire et tertiaire.

Le nuancier de Munsell

C'est là que cela devient un peu plus intéressant. Tous les artistes connaissent l'importance du noir et du blanc, mais pour l'instant, il n'est pas présent dans cet exemple. Imaginons que l'on tourne le cercle chromatique horizontalement et que l'on explore le niveau suivant.

Imaginez le cercle chromatique comme un globe tournant sur un axe.



Le blanc est en haut du globe et le noir en bas. En mélangeant le noir et le blanc, on obtient du gris, donc le gris est situé au centre du cercle. C'est ce qui nous permet de créer une teinte, un ton, une nuance ou une couleur.



VALEUR CLAIRE (TINT) – ajouter divers degrés de blanc à une couleurs ou à une teinte la rend plus claire.


VALEUR SOMBRE (SHADE) – ajouter divers degrés de noir à une couleur ou à une teinte la rend plus sombre.


SATURATION (TONE) – ajouter divers degrés de gris à une couleur ou à une teinte la rend plus terne ou moins éclatante.


Teinte de la peau, sous-ton et nuance

Maintenant que nous avons ces informations, allons un peu plus loin dans les classifications de couleurs avant de mettre cette théorie en relation avec le maquillage.



Les couleurs elles-mêmes peuvent être classées comme chaudes ou froides. Cela est dû à la façon dont nous les percevons.
Les couleurs et les teintes froides ont des fréquences d’ondes lumineuses plus courtes et nous les percevons généralement comme plus calmes et plus douces. Les couleurs et les teintes chaudes ont des fréquences d’ondes lumineuses plus longues qui peuvent progresser dans l'espace et c'est pourquoi nous les percevons comme ayant plus d’impact et une énergie plus élevée.

Maintenant, comment relier tout cela au maquillage ?

Commençons par regarder le fonctionnement de la couleur dans la peau




La TEINTE DE LA PEAU, parfois appelé TEINT, est la couleur de surface que nous voyons lorsque nous jetons un coup d'œil à la peau, c'est la couleur prédominante. Elle est principalement affectée par la mélanine. La mélanine est un pigment présent dans notre corps, qui détermine la couleur de nos cheveux, de nos yeux et de notre teint. Plus la peau est foncée, plus elle contient de mélanine.

Ensuite, il y a évidemment le SOUS-TON. C'est à ce moment que beaucoup de gens sont confus, lorsqu'il s'agit de faire correspondre la peau et la couleur. Les sous-tons sont les couleurs subtiles, plus discrètes, sous la surface de la peau. Elles ne changent pas avec l'éclairage, le bronzage ou tout autre facteur extérieur.

L'une des façons les plus simples de le déterminer est d'examiner les veines de votre poignet.
La couleur des veines détermine le sous-ton de la peau.
Bleu ou violet – SOUS-TON FROID
Bleu ou vert — SOUS-TON NEUTRE
Vert ou olive – SOUS-TON CHAUD



Correction de la couleur

On pense souvent à tort que les personnes à la peau claire ont des sous-tons froids et que les personnes à la peau foncée ont des sous-tons chauds, ce qui n'est pas vrai. Il existe des personnes à la peau foncée avec des sous-tons froids et vice versa. C'est l'une des raisons pour lesquelles un fond de teint semble parfois correspondre au teint de la peau, mais une fois appliqué, il semble trop gris/cendré, jaune ou chaud. Le sous-ton a été mal jugé. Il faut donc toujours s'assurer de savoir avec certitude quel est le sous-ton.

Par rapport au cercle chromatique, les teintes de peau se situent toutes entre le jaune-orange et le rouge.
Les teintes de peau avec un sous-ton froid ont tendance à avoir une nuance allant vers le rouge-violet. Les teintes de peau avec un sous-ton chaud ont une nuance allant vers le jaune. Les teintes de peau foncées et les ombres (contours) se trouvent dans la section "valeur sombre", tandis que les teintes de peau claires et les points de lumière se trouvent dans la section "valeur claire". Les couleurs de peau varient toujours entre différentes teintes d’orange (jaune-orange jusque rouge) ainsi que les différentes valeurs et la saturation.



Il est courant en maquillage d'utiliser des correcteurs de couleur pour obtenir un teint équilibré sur le visage et/ou le corps. Il peut s'agir de camoufler les cernes, les ecchymoses, l'hyperpigmentation, le vitiligo, la rosacée, en bref, tout ce qui contraste avec le teint de la peau.
Il est alors important de bien comprendre la théorie des couleurs, en particulier les couleurs complémentaires. Nous avons discuté précédemment de la façon dont les couleurs complémentaires se neutralisent mutuellement. Ainsi, avec cette théorie exacte en tête, la correction des couleurs peut être réalisée.



Sur la photo, on voit le cercle chromatique et CONCEALER CIRCLE ‘Neutralizer’. Vous verrez que chaque couleur nécessaire pour corriger les décolorations du teint est présente dans le cercle, plus un neutralisateur pour ajuster l'intensité de la couleur complémentaire, afin de corriger efficacement. Cela ne peut être jugé que pour chaque cas individuellement, une fois que la teinte et le sous-ton de la peau ont été identifiés.

L’effet de la lumière

Un élément important de la théorie des couleurs, en ce qui concerne le maquillage, est la façon dont la peau est affectée par la lumière, avec ou sans maquillage. La lumière est un élément crucial à prendre en compte lors de l'application de couleur sur la peau. Elle a un effet spectaculaire sur la façon dont nous la percevons.



Peu importe la source de lumière ou la teinte de la peau, seulement 4 à 7 % de la lumière visible est entièrement réfléchie par la surface de la peau. Le reste de la lumière pénètre la surface jusqu'au derme, où elle est réfléchie de l'intérieur et quitte la peau de manière diffuse. Cette absorption et réflection partielle de la lumière dans différentes directions est ce qui donne à notre peau sa brillance naturelle et son aspect de semi-transparence.



Pour le camouflage, nous avons tendance à utiliser des correcteurs qui contiennent une forte concentration en pigments. Cela rend le fond de teint trop opaque par rapport à la peau naturelle, et une fois poudré, peut entraîner une réflection lumineuse totale, ce qui donne au maquillage un aspect artificiel, et l'illusion de camouflage ou de correction naturels est perdue.

Question : Mais comment éviter cela ?
Réponse : En utilisant notre théorie des couleurs !

Maîtriser la correction camouflage

Parfois, lors de la correction de la pigmentation, il est conseillé de commencer par la couleur complémentaire, de la fixer avec de la poudre et d'ajouter ensuite la teinte de peau. Cependant, il est important de comprendre que vous n'aurez pas toujours besoin d'une couleur complémentaire dans sa concentration la plus pure pour obtenir un camouflage. Surtout si l'on considère l'endroit où vous appliquez le maquillage. Des applications épaisses de maquillage sur des zones de peau fines ne donneront pas les meilleurs résultats, cela donne généralement au maquillage un aspect de masque, crée des ridules et semble artificiel, l'illusion de camouflage naturel est perdue. Par conséquent, les couches appliquées sur la peau doivent être aussi fines que possible, si l'on veut une apparence naturelle de la peau. C'est ici que votre connaissance et votre compréhension de la théorie des couleurs entrent en jeu. Le mélange de couleurs complémentaires avec des neutralisateurs et des sous-tons similaires à la peau peut aider à obtenir des corrections efficaces avec moins de couches.
Examinons quelques exemples de cernes. Vous remarquerez sur chaque image que la couleur sous l'œil est toujours plus foncée que la couleur de la peau, mais à des degrés divers, ce qui signifie que des concentrations différentes de couleurs complémentaires seraient nécessaires pour chacune d'entre elles.

Exercices sur la théorie de la couleur et la correction – C’est l’heure de tester vos connaissances !

Ce n’est pas une science exacte que de déterminer la couleur sur un écran numérique, mais prenez un moment pour analyser chacune de ces images et pour réfléchir à Concealer Circle ‘Neutralizer’ : quelles couleurs mélangeriez-vous et à quelle concentration pour corriger la pigmentation dans ces cas-là et vous rapprocher le plus possible de la teinte naturelle de la peau ?



Résultats de l’analyse

Ce que nous en avons conclu :
Sur la première image, on peut voir que la teinte de la peau est assez neutre, avec un sous-ton froid. Les cernes ont une teinte dominante bleue avec des nuances de vert.



Lors de la sélection des couleurs complémentaires, nous avons choisi l'orange vif (D 30), en plus forte concentration, pour aider à corriger le bleu, et nous l'avons mélangé à une quantité presque égale de correcteur (X 406) pour l’éclaircir et se rapprocher la teinte naturelle de la peau. Ensuite, nous ajoutons une touche de rouge (D 32) pour aider à neutraliser les sous-tons verts. L'ensemble de ce mélange dissimulera efficacement les cernes et semblera plus naturel pour la peau autour de l’oeil.

Sur la deuxième image, on peut voir que le teint de la peau est jaune avec un sous-ton chaud. Les cernes ont une teinte principalement bleu-vert.



Lors de la sélection des couleurs complémentaires, nous avons choisi le correcteur (X 406) dans la plus forte concentration, nous ne voulons pas que la blancheur de la peau ne soit trop réchauffée par les tons correcteurs. Ensuite, des parts égales du jaune (X yellow neutralizer) et de l'orange vif (D 30) sont ajoutées, le X yellow neutralizer pour se rapprocher de la teinte naturelle de la peau et le D 30 pour corriger la pigmentation foncée. L'ensemble de ce mélange dissimulera efficacement les cernes et semblera plus naturel pour la peau autour de l’oeil.

Sur la troisième image, nous pouvons constater que le teint de la peau contient plus de roses avec un sous-ton froid. Les cernes ont un sous-ton principalement bleu-violet.



Lors de la sélection des couleurs complémentaires, nous avons choisi le correcteur (X 406) dans la plus forte concentration, nous ne voulons pas que la blancheur de la peau ne soit trop réchauffée par les tons correcteurs. Puis nous avons ajouté le rouge (D 32), en moindre concentration et une touche encore plus minime d'orange vif (D 30), pour se rapprocher de la teinte naturelle de la peau. L'ensemble de ce mélange dissimulera efficacement les cernes et semblera plus naturel pour la peau autour de l’oeil.

Une fois cette théorie comprise, il sera possible d'adapter les connaissances pour couvrir n'importe quelle nuance de pigmentation de la peau. Il suffit de se référer à vos couleurs complémentaires dans la roue et d'analyser la peau pour déterminer la bonne teinte et le bon sous-ton de la peau.

Il y a d'autres facteurs à prendre en compte lorsqu'on aborde la théorie des couleurs. Un facteur important pour le maquillage est la température de la lumière.

La température des couleurs




Cet exemple montre la différence que peut avoir la lumière naturelle, plus froide, par rapport à la lumière artificielle, plus chaude. L'image originale a été prise avec un flash électronique d'environ 4200 Kelvin.
Comme la lumière est ajustée à une lumière plus froide et bleue, elle neutralise activement les tons plus chauds de la peau et du maquillage. Grâce à notre compréhension de la théorie des couleurs, nous savons que les bleus sont les couleurs complémentaires du jaune-orange et donc qu'ils les neutralisent. Cela a tendance à rendre le tout un peu plus cru, sans l'équilibre de la chaleur, et peut être moins flatteur en comparaison. C'est pourquoi lorsque nous considérons la lumière des bougies, tout semble plus attrayant, la chaleur et le contraste du visage sont plus flatteurs.

Le meilleur conseil pour le maquillage est de toujours l'appliquer à la lumière du jour, si cela est possible. La lumière du jour offre tout le spectre de couleur et est uniformément diffuse et claire, ce qui permet de voir le maquillage dans son état le plus réel. À la lumière du jour, si une couleur n'est pas bien assortie ou si un maquillage n'est pas homogène, cela sera plus apparent. De cette façon, vous pouvez créer fidèlement les ombres et la profondeur des couleurs, par rapport à l'aspect que vous souhaitez donner au maquillage, et sous n'importe quelle autre lumière, le maquillage sera toujours impeccable.

Il y a beaucoup de choses à assimiler quand on aborde la théorie des couleurs, mais il est essentiel de la comprendre pour maîtriser le maquillage. La pratique est mère du succès.